dossiers-multimedias-voix-de-lain
dossiers-multimedias-voix-de-lain

11 novembre 1943 : défilé historique à Oyonnax

Ce dossier multimédia a été initié à l’occasion du 70e anniversaire de l’emblématique défilé des maquisards à Oyonnax, le 11 novembre 1943. Véritable coup d’éclat, cet événement restera comme l’un des plus emblématiques de la Résistance dans l’Ain et le le Haut-Jura.

Mémoire – Le « Mur des résistants » garant du souvenir

Oyonnax est la ville de l’Ain qui incarne le mieux la mémoire des maquis de la Région. Et c’est pour que ce devoir de mémoire demeure à jamais d’actualité que le maire a inauguré le « Mur des résistants ».

 

essa

 

Après la cérémonie officielle, Michel Perraud, le maire d’Oyonnax , a accueilli le président de manière républicaine et chaleureuse devant un parterre d’élus et de nombreux Anciens combattants. Dans un discours de haute tenue, le maire dira combien « c’est le plus beau des hommages que l’on peut rendre, à des femmes et à des hommes qui ont au péril de leur vie défendu l’héritage des Lumières (…) Je vous remercie pour ce geste. (…) Vous avez su avec éloquence rendre à cet événement sa juste place dans le cours de la Seconde guerre mondiale ». Puis, Michel Perraud soulignera sans fard combien ce défilé ressemble aux Oyonnaxiens.

La mémoire de vos actes

 

mur

« Vous êtes ici en terre de résistance, celle qui honore et défend les fondements de notre socle commun : la liberté, l’égalité et la fraternité. Celle dont parlait Raymond Aubrac. » Et de vanter l’esprit oyonnaxien… « Nous avons par nature, le goût de l’effort et nous refusons toute forme de résignation. Nous avons dû affronter bien des crises, mais là où bon nombre auraient désespéré, nous avons au contraire toujours pu sortir par le haut. Il s’incarne aussi dans un état d’esprit qui forge l’entrepreneuriat de la Plastics Vallée depuis 70 ans et plus. Ici les chefs d’entreprises développent des solutions qui renforcent leur activité. Ils ont hérité du maquis, l’opiniâtreté, le courage et l’abnégation. Ils savent forcer leurs chances et créer ensemble une communauté de destin pour affronter la concurrence mondiale. »
À l’adresse des maquisards et Anciens combattants, Michel Perraud, dira : « Nous serons à jamais vos débiteurs et nous ne saurons à jamais tout à fait nous acquitter de cette dette. Je suis heureux que le Pays, à travers le président de la République, Monsieur François Hollande, vous rende hommage, comme l’acte ultime par lequel nous faisons tous vœu de conserver la mémoire de vos actes. Nous n’oublierons jamais cette délicate attention à l’égard de notre histoire locale qui a rencontré la Grande, un 11 novembre 1943. » François Hollande évoqua sa gratitude. « Parce que je sais ce qu’une cérémonie, comme celle-là, une organisation comme celle-là, un défilé comme celui-là ont dû mobiliser d’énergie et d’enthousiasme à l’image du défilé de 1943. Les conditions et les risques n’étaient pas les mêmes. Et la population était sans doute plus nombreuse qu’en 1943. Beaucoup de ceux qui nous ont regardés par la télévision, ignoraient sans doute qu’il s’était produit cet acte de bravoure, ici à Oyonnax. Ces maquisards ont voulu commémorer la Grande Guerre pour mieux mobiliser les ardeurs de la France. C’est donc le lieu le plus symbolique que je pouvais choisir pour la préparation de ces commémorations. »

Le « Mur des résistants » 

C’est un mur de l’ancienne école maternelle du nord qui a été mis à nu suite à la démolition de l’immeuble mitoyen au 31, de la rue Anatole-France qui sera désormais le support de la mémoire collective.
Sur cette façade de 210 m2, une fresque réalisée par Citécréation et financée par le mécénat de 200 particuliers, associations et entreprises, représente le défilé des maquisards le 11 novembre 1943 à Oyonnax.
Samedi 9 novembre, soit quatre jours avant la commémoration, devant de nombreux Oyonnaxiens réunis, le maire Michel Perraud et Alexandre Tachdjian, le président de la communauté de communes, ont dévoilé le panneau explicatif de la fresque, alors que les jeunes du Conseil municipal d’enfants effectuaient un lâcher de ballons tricolores.
Le maire a rappelé le pourquoi et le comment du défilé et déclaré que grâce à cette fresque murale les passants sauront ce que des résistants ont osé faire en pleine occupation allemande pour rendre hommage aux vainqueurs de la précédente guerre.